human-rights-and-covid-19

GENÈVE, 20 mars 2020 - L'ONUSIDA exhorte les pays à adopter une approche fondée sur les droits de l'homme pour lutter contre l'épidémie mondiale de COVID-19 qui place les communautés au centre et respecte les droits et la dignité de tous les personnes. Afin d'aider les gouvernements, les communautés et les autres parties prenantes à planifier et à mettre en œuvre des mesures pour contenir la pandémie, l'ONUSIDA a produit un nouveau document basé sur les principaux enseignements tirés de la riposte à l'épidémie de VIH: Les droits de l'homme au temps de COVID-19 - Les leçons du VIH pour une réponse efficace dirigée par la communauté.   

Le nouveau document d'orientation préparé par l'ONUSIDA est basé sur les lois et obligations internationales relatives aux droits de l'homme, indiquant clairement que la réponse à l'épidémie ne consiste pas à trouver un équilibre entre la santé publique et les droits de l'homme, mais plutôt une réponse réussie. et efficace nous oblige à adhérer pleinement aux principes des droits de l'homme. Ce guide a été produit par un groupe d'experts internationaux issus des communautés, de la santé publique, de diverses académies et des Nations Unies.

"Les réponses qui réussissent dans les épidémies mondiales sont toujours celles basées sur le respect des droits de l'homme et le leadership communautaire", insiste Winnie Byanyima, Directrice exécutive de l'ONUSIDA. << Les pays qui ont le plus progressé dans la réduction de l'impact du VIH l'ont fait en adoptant des approches qui permettent aux femmes de se faire dépister et de se faire soigner si nécessaire, afin de se protéger et d'autres, en les empêchant de contracter le virus ».

Le document présente les principaux enseignements tirés de la riposte au sida qui sont essentiels pour parvenir à une approche efficace fondée sur les droits de l'homme dans les situations d'urgence de santé publique. Ces mesures vont de la lutte contre la stigmatisation et la discrimination subies par les individus et les communautés affectés, à la priorisation des mesures pour atteindre les plus vulnérables. Pour ce faire, nous devons éliminer les obstacles qui entravent la réalisation des droits de l'homme, forger des liens de confiance entre les communautés et les autorités de santé publique et protéger le personnel de santé qui est en première ligne et qui lutte pour vaincre le virus.

Comme indiqué dans ce guide, les épidémies mettent souvent en évidence et exacerbent les inégalités existantes dans la société, ainsi que leur impact, qui touche principalement les groupes de population les plus marginalisés et vulnérables. Les obstacles qui empêchent les personnes de demander de l'aide et des conseils médicaux doivent également être supprimés, ce qui profite à la fois à chaque personne individuellement et aux résultats de la santé publique dans son ensemble.

Le document met également en garde contre le danger d'imposer des restrictions de voyage obligatoires et des sanctions pénales contre les personnes touchées par des épidémies majeures telles que COVID-19. De telles mesures ont tendance à avoir un effet disproportionné sur les plus vulnérables et ne font que soulever davantage d'obstacles qui les empêchent d'accéder à la santé. Toute restriction imposée doit respecter les droits de l'homme et être pleinement nécessaire, proportionnée, fondée sur des preuves et d'une durée limitée. Il peut être très positif de donner aux gens les moyens de se protéger et de protéger les autres par des mesures volontaires.

«C'est une situation grave et complexe pour tout le monde. Pour en sortir, nous pouvons et devons tirer parti de notre vaste expérience dans la réponse à d'autres épidémies mondiales telles que le VIH: nous devons baser la riposte sur les droits de l'homme, engager et impliquer les communautés et ne laisser personne de côté », a-t-il conclu. Mme Byanyima.

 

ONUSIDA

Le Programme commun des Nations Unies sur le VIH / sida (ONUSIDA) mène et inspire le monde à réaliser son objectif mondial de zéro nouvelle infection à VIH, zéro discrimination et zéro décès lié au sida. L'ONUSIDA unit les efforts de 11 organisations des Nations Unies (HCR, UNICEF, PAM, PNUD, FNUAP, ONUDC, ONU Femmes, OIT, UNESCO, OMS et Banque mondiale) et travaille en étroite collaboration avec des partenaires mondiaux et nationaux pour mettre fin l'épidémie de sida d'ici 2030 dans le cadre des objectifs de développement durable. En savoir plus sur unaids.org et connectez-vous avec nous FacebookTwitterInstagram et YouTube.

 

Les textes de ce site ont été traduits avec: Google Translator